Corneille Molière
Controverse sur l'utilisation d'algorithmes pour déterminer la paternité d'une oeuvre

Absence de traces

Argument développé par:

Pierre Louÿs, Le Temps, «L’Auteur d’Amphitryon»
Selon Pierre Louÿs, nous n’avons pas d’écrit de Molière d’avant 1658. Il n’a rien fait imprimer avant.
En outre, Denis Boissier explique qu’à l’époque l’usage courant et systmatique de l’échange épistolaire, des manuscrits, et du support papier en général, rend d’autant plus étrange cette absence de traces écrites de la vie et du travail préparatoire de Molière.
Voici ce que relève Denis Boissier : selon lui, il est fort étrange de relever que ne reste de Molière : aucun testament, aucune œuvre manuscrite publiée, aucune épreuve d’édition, aucune correspondance manuscrite, aucun billet doux ou professionnel, aucun livre annoté de sa main, aucune dédicace, aucun brouillon de pièce en chantier. Enfin, ce qui le surprend le plus est qu’il n’y a aucune lettre citée ou éditée par une tierce personne alors que l’échange épistolaire était le mode d’échange le plus courant à l’époque.

 

Argument réfuté par :

Georges Forestier, qui explique qu’à lépoque il n’était pas dans les usages de garder les manuscrits : une fois le texte imprimé une première fois, les auteurs n’avaient pas selon lui pour usage de garder précieusement leurs brouillons, essais, ou manuscrits.