Corneille Molière
Controverse sur l'utilisation d'algorithmes pour déterminer la paternité d'une oeuvre

Jean-Marie Viprey

J-M Viprey

Portrait

Jean-Marie Viprey est professeur de Langue et Littérature française à l’Université de Franche-Comté. C’est dans les années 90 qu’il a été amené à s’intéresser aux statistiques lexicales, de la collecte de « données » textuelles à leur interprétation.

Il est intervenu dans le débat autour de l’affaire Corneille-Molière au cours du mois de Mai 2003 suite à la publication des travaux de Dominique et Cyril Labbé sur Corneille et Molière. Il suit la polémique naissante dans les médias et prend connaissance des interventions de Forestier.

Il a constitué un dossier sur l’affaire dans lequel il aborde les choses sur le plan scientifique. Ayant reçu les sources de Dominique Labbé, il a pu programmer la formule de la distance intertextuelle pour l’étudier en détail et c’est sur celles-ci que portent la plupart de ses arguments. Il se montre très critique de la méthode des Labbé, considérant qu’elle est aux « antipodes de la scientificité ».

Arguments

  • M. Viprey remet en doute la fiabilité de l’indice de distance intertextuelle.
  • La lemmatisation n’aurait que peu d’influence sur les résultats finaux et ne servirait à rien quand on cherche à comparer plusieurs distances. M. Viprey considére que cela ne fait que ralentir le processus de vérification.
  • L’échelle de pertinence établie ne prouve rien pour Viprey. Il considère que le cas de Corneille et de Molière prouve l’invalidité de cette échelle.
  • Pour M. Viprey il y a d’autres méthodes plus fiables pour comparer deux textes, dont la méthode d’Analyse Factorielle des Correspondances qui ne permet pas d’aboutir aux mêmes conclusions.
  • Problème de méthodologie sur les conclusions de Labbé. Viprey considère qu’il y a confusion entre preuve et présomptions.

Publications

  • Dossier sur l’affaire Corneille-Molière (2003), Voir