Corneille Molière
Controverse sur l'utilisation d'algorithmes pour déterminer la paternité d'une oeuvre

Webographie

En une décennie, Internet est devenu un média d’importance majeure, c’est donc sans surprise que l’on peut trouver sur le net différent sites qui parlent de l’affaire Corneille-Moliére. Grâce à différents outils (Gephi et Navicrawler) nous avons pu étudier le web et voir les intéractions entre différents sites.

Carte du Web

 

Le graphe ci-dessus représente les différents sites qui traitent de l’affaire. Chaque noeud correspond à un site et chaque arc signifie qu’il y a un lien qui pointe vers un autre site. Le code de couleur utilisé est le suivant:

  • En rouge les « Cornéliens »
  • En bleu les « Molièristes »
  • En vert les médias et blogs « neutres »

Analyse de la carte

Partisans de la thése des Cornéliens

On voit rapidement que c’est principalement autour du site corneille-molière que gravite tout les sites de la thèse Cornéliens. Ce site leur assure une grande visibilité car on le trouve immédiatement en faisant une recherche sur l’affaire. Le véritable problème est que son importance le fait apparaître comme le site de référence sur le sujet mais il n’est absolument pas neutre.

S’ils sont aussi présents c’est parce qu’ils s’opposent à la thèse officielle et doivent donc convaincre le public du bien fondé de leur thèse, c’est pour cela qu’ils sont aussi actifs sur le web.

Partisans de la thése des Molièristes

Les opposants à la thèse de Pierre-Louÿs sont assez peu organisés. Ils ne possèdent pas de véritable site central mais seulement une série d’article répartis sur différents sites. Ce manque de cohésion les rend moins visible sur le net. En effet le contenu qu’ils diffusent sur internet est éparpillé sur différents sites qui ne sont pas forcément connus du grand public. A l’inverse les Cornéliens on un site global ce qui leur permet de diffuser plus efficacement leur informations. La concentration d’information sur un nombre restreint de site rend en effet sa diffusion plus facile car on sait qu’il faut aller sur ces sites pour avoir accès à ces informations.

Un autre élément est que la plupart de leur articles date de 2003, année où les Labbé on publiés leur travaux ressuscitant ainsi la controverse. Depuis les chercheurs russes ont également publiés des articles en faveur de la thèse et les opposants à celles-ci n’ont pas encore de véritable réponse à ces articles qui datent de 2010. Il y a donc un manque de dynamisme sur le Web.

Conclusion générale

L’arbre du débat est assez restreint. Comment expliquer ce fait ?

  • Le débat se situe à la frontière de deux domaines qui en eux-même ne passionnent pas les foules : les mathématiques et la littérature. Ces deux domaines sont souvent perçus comme étant complexes et peu abordables pour le profane ce qui peut expliquer le fait qu’on ai pas eu le développement de plus de sites autour du débat.
  • La quasi-totalité des acteurs travaillent dans le domaine de la recherche et ne maintiennent pas de site en place. Une grande partie de leurs avancées sur le débat sont publiées dans des revues scientifiques qu’on peut ensuite retrouver sur des sites d’archives.
  • Du côté des cornéliens le site Corneille-Molière apparaît comme une sorte de référence en la matière ce qui explique que personne n’ai senti la nécessité d’en créer un nouveau pour défendre le point de vue des cornéliens.